MARION BISIAUX

Médiatrice des sciences du climat

Marion a pris conscience du changement climatique et autres crises environnementales durant sa formation scientifique entre France et États-Unis. Dans un souci d’agir, elle a repris des études en communication scientifique afin de pouvoir diffuser la science au grand public. Elle s’est ensuite tournée vers la pédagogie de l’apprentissage profond et du changement pour accompagner au mieux les apprentissages et les prises de consciences autour du sujet de la crise climatique.

LIONEL FAVIER

Médiateur des sciences du climat

Lionel a toujours aimé transmettre la science en dehors des laboratoires de recherche, auprès du grand public et de tous ceux et celles qui n’ont pas eu la chance d’apprendre toutes ces choses fantastiques sur notre Terre.

Après plus d’une dizaine d’années de recherche en glaciologie, Lionel a décidé de faire de la sensibilisation au changement climatique son métier.

XAVIER FAIN

Paléoclimatologue et citoyen du monde

De la physique fondamentale à la glaciologie en passant par l’étude des sédiments lacustres, Xavier a un riche parcours scientifique, ce qui lui vaut de devenir chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique à Grenoble en 2011, à l’Institut des Géosciences de l’Environnement. Il étudie l’histoire des gaz à effet de serre par l’analyse expérimentale de carottes de glace prélevées au sein de glaciers, du lointain continent Antarctique aux Alpes plus proches.
Xavier est porté par le partage de ses connaissances, par le contact entre le monde scientifique et le grand public, et par le lien affectif qu’il a développé avec la crise climatique mais aussi tous les autres impacts négatifs imposés à l’environnement par l’Humain.

JACQUELINE TANTET

Formatrice et animatrice en pédagogies interactives

De formation ingénieure, Jacqueline a eu à cœur de mettre ses compétences au service de la réduction de l’impact environnemental des industries chimiques. Elle s’est ensuite tournée vers les ressources humaines et la formation en utilisant des techniques d’animation interactives pour apprendre et vivre ensemble. Convaincue que chacun·e a quelque chose à apporter dans un collectif, elle souhaite développer des modalités de formations ouvertes qui permettent à tous et toutes de comprendre les enjeux environnementaux et de se mettre en action, à son rythme.

MARIE ROUSSELOT

Consultante en efficacité énergétique et prospective énergétique, formée aux méthodes d’intelligence collective

” Pour moi, la crise environnementale que nous vivons nécessite des changements profonds d’ordre individuels et systémiques. Si personne ne détient la vérité dans cette crise inédite, il est indispensable que les informations soient relayées et partagées auprès du plus grand nombre pour remettre en cause la pensée dominante.

Il s’agit de vulgariser des faits scientifiques parfois complexes, et de présenter des actions d’atténuation et de résilience individuelles ou collectives, pour nous mettre en mouvement vers d’autres possibles.

Finalement, le plus important est de montrer qu’il est NECESSAIRE de changer de modèle et de  mobiliser autour d’un futur qui fait ENVIE ! “

PHILIPPE GUYOT

Habitant concerné du Trièves 

Je suis nouvellement retraité d’un très beau métier, celui d’accompagnateur en montagne. Il y a 30 ans je faisais le choix d’organiser ma vie autour du lieu où j’avais choisi d’habiter, le hameau de la Jarjatte, au coeur du vallon et au pied des Aiguilles éponymes. Un choix de lieu de vie, qui était un choix de vie, et même un choix “du vivant”. Ce vivant, que je m’indigne aujourd’hui de voir ainsi tellement compromis, dans tous ses fabuleux équilibres, sources des bonheurs qui m’ont porté.
Comment mes petits enfants pourraient ne pas connaître le bonheur de faire découvrir, à leur tour, des glaciers à leurs propres petits enfants ? Insupportable !

A quoi consacrer le temps qui s’ouvre, tandis que l’on clos la période professionnelle de sa vie ? Pour moi, la réponse à été assez évidente dès ma rencontre avec “La fresque du climat”. Ahuri par notre incapacité collective à prendre la mesure des dérèglements entre autres climatiques, qui sont déjà là, et constatant combien est peu partagée la compréhension de ce qui se passe sous nos yeux, il m’est paru évident , contribuer à ce partage de connaissances qu’offre la fresque, est la meilleure des choses à laquelle je puisse consacrer un peu de temps.

A cela c’est ajouté la richesse de rencontrer l’équipe de Névé, portée par les mêmes préoccupations essentielles.